Data & BI Summit : en route vers Dublin !

Je vous en parlais dernièrement : du 24 au 26 avril prochain aura lieu à Dublin (Irlande) le Data & BI Summit. Cette conférence majeure dans le monde de la BI regroupera en un seul lieu durant 3 jours de conférences (et une journée de pré-conf le 23 avril) tous les acteurs travaillant sur les outils BI Microsoft (Power BI en tête !). J’ai hâte d’y participer (tellement hâte que j’ai ajouté un compte à rebours dans le menu latéral de ce blog !) et de vous rendre compte de l’événement ici et sur le blog de ma société Exakis.

Les sessions ont été dévoilées et il y a de quoi donner le vertige !). Organisées autour de 5 principales thématiques (Develop, Govern, Model, Visualize, Security), elles seront présentées par de très grand noms de la communauté Data & BI Microsoft.

Je dois vous avouer que je suis plongé dans cet agenda chargé depuis quelques heures et que j’ai du mal à me décider : il y a tant de sessions intéressantes : laquelle choisir ?

 

Pour vous aider à vous y retrouver dans l’agenda de ces trois journées, je vous présente ci-dessous quelques-uns des speakers que vous pourrez croiser durant ce Summit, ainsi que les sessions qu’ils animeront (liste très loin d’être exhaustive, pardon à celles et ceux que j’ai oubliés) :

Will Thompson Microsoft / Program Manager Power BI Team

Amanda Cofsky Microsoft / Power BI Desktop Team

Chris Webb Crossjoin Consulting
https://blog.crossjoin.co.uk/

Matt Masson
https://www.mattmasson.com/

Kasper de Jonge Microsoft
https://www.kasperonbi.com/

Reza Rad RADACAD
http://radacad.com/

Jen Stirrup
https://jenstirrup.com/

Tristan Malherbe AZEO
https://excelside.wordpress.com/

Charles W. Sterling Microsoft
https://blogs.msdn.microsoft.com/charles_sterling/

Rui Romano DevScope
https://ruiromanoblog.wordpress.com/

Leila Etaati RADACAD

Mary Fealty Broadtree Solutions
http://www.broadtreesolutions.co.uk/

Erik Svensen Experian
https://eriksvensen.wordpress.com/

Wolfgang Strasser Organisateur du Data & BI Summit
https://workingondata.wordpress.com/

David Moss
http://www.wottabyte.com/

Power BI – February 2018 Update on Videos

Post updated on 07/01/2018

The list of Youtube videos dedicated to Power BI becoming longer and longer, I wanted to extract videos about latest month update into a specific post. This first monthly post is focused on Power BI Desktop but I will add on-premises Data Gateway and Power BI Developer community updates in the next months.

Please bookmark and share.


La liste des vidéos Youtube consacrées à Power BI s’allongeant de mois en mois, j’ai voulu extraire les vidéos spécifiquement centrées sur les nouvelles fonctionnalités du mois. Ce premier article mensuel est focalisé sur le Power BI Desktop mais je n’exclue pas (si le temps me le permet !) d’intégrer dans les prochains mois les updates de la on-premises Data Gateway et de la Power BI Developer community.

N’oubliez pas de bookmarker (et partager) cette page.

What’s new?

Focus

 

2018 : un agenda chargé en événements

On y est ! Plus besoin de souhaiter ses voeux, la date limite du 31 janvier est passée. On peut enfin dire que 2018 a bel et bien commencé.

Pour les professionnels de la donnée, c’est aussi la saison des séminaires, meetings et autres événements qui se profile, à croire qu’on attend chaque année d’avoir digéré le repas du réveillon pour chausser ses baskets et se préparer à un marathon de conférence (mes slides Powerpoint trépignent déjà d’impatience !).

Pour s’y retrouver, voici la liste des événements incontournables des mois à venir. Prenez un gros marqueur rouge et entourez ces dates dans votre calendrier.

Un mois de mars très chargé !

Quelqu’un parmi vous possède-t-il une machine à voyager dans le temps ou un portail de téléportation ? Dans la période du 12 au 15 mars, ces appareils vous seront utiles !

On commence donc par un mois de mars extrêmement chargé : le 12 et 13 mars aura lieu au Palais des Congrés à Paris le Salon Big Data 2018. On y parlera gouvernance de données, sécurité, machine learning et intelligence artificielle, entre autres sujets abordés.

Vous êtes sur Lyon le 13 mars et vous ne pouvez malheureusement pas vous rendre à Paris pour Big Data 2018 ? Rassurez-vous, il est encore temps de vous inscrire au salon Exadays 2018 qui se tiendra au Matmut Stade Gerland. Cette journée dédiée à la transformation digitale et aux technologies Microsoft sera ponctuée de sessions technologiques. Vous pourrez y rencontrer les experts Microsoft et Exakis.

A peine remis de vos émotions, il va vous falloir une bonne dose de caféïne pour tenir encore deux jours. On enchaîne donc avec le Microsoft Tech Summit qui aura lieu les 14 et 15 mars à Paris Expo Porte de Versailles. Pour la première année, cet événement, présenté comme un MS Ignite à la française, présentera les dernières technologies Azure et Microsoft 365. Très orienté technique, le salon est axé autour de nombreux ateliers développeurs et professionnels IT. J’espère avoir la chance de vous y croiser.

Alors résumons ce mois de mars : les journées du 12, 13, 14 et 15 sont déjà bookées. Mais que faites-vous le 14 en début de soirée ? N’hésitez plus car à partir de 19h30, le 12ème meet-up du Club Power BI, club francophone des utilisateurs de Power BI, se tiendra dans les locaux de NEOMA Business School, rue d’Athènes à Paris. Jean-Pierre Riehl et Tristan Malherbe, les deux papas du club, y présenterons un retour d’expérience concernant la mise en oeuvre de Power BI au sein du contrôle de gestion de la société EdenRed. Je serai, là aussi, présent pour ce meet-up.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore le Club Power BI, des meet-ups sont organisés chaque mois dans Paris. Lors du meet-up de février, Jean-Pierre Riehl a d’ailleurs annoncé une grande nouvelle : le Club se « régionalise ». Le premier meet-up du Club Power BI/Lille sera présenté par Guillaume Gaudfroy le 27 mars. Je vous tiendrai au courant de cet événement et je pense pouvoir vous annoncer d’autres initiatives régionales dans les mois à venir.

Un mois d’avril exceptionnel !

Du 24 au 26 avril, préparez-vous à voyager ! En effet, c’est à Dublin que se tiendra le Data & BI Summit. Vous avez toujours rêvé de rencontré la Microsoft Power BI Team ? Vous voulez croiser la communauté internationale du Power BI User Group (PUG, 38000 membres tout de même !) en un seul lieu ? Alors, Dublin est THE Place To Be en avril.

Mais avant le Data & BI Summit aura lieu, plus près de chez vous, un autre événement mondial. Le Global Azure Bootcamp est de retour le 21 avril pour une journée exceptionnelle. Les villes de France accueillant le bootcamp ne sont pas encore toutes déterminées. Là aussi, je vous tiendrai au courant en temps voulu.

Un mois de juin énoOoOorme !

 

S’il vous reste encore de l’énergie (et il vous en restera, j’en suis certain), ne manquez pas le tout premier Power Saturday organisé le 16 juin à Paris : 2 tracks, 10 sessions, des pré-conférences et des surprises (dixit les organisateurs !) autour de Power BI, votre outil de travail favori. Un énorme teasing pour l’instant mais le plus important est qu’une date soit fixée. Tous les professionnels de la Business Intelligence agile made in Microsoft ont les yeux tournés sur cet événement.

Votre agenda 2018 en résumé

  • 12/13 mars – Paris – Big Data 2018
  • 13 mars – Lyon – Exadays
  • 14/15 mars – Paris – Microsoft Tech Summit
  • 14 mars – Paris – Club Power BI
  • 27 mars – Lille – Club Power BI
  • 21 avril – (villes à définir) – Global Azure Bootcamp
  • 24/25/26 avril – Dublin – Data & BI Summit
  • 16 juin – Paris – Power Saturday

Conventions de nommage dans Power Query et Power BI

Avant renommage … peu lisible

Dans l’éditeur de requêtes de Power BI comme dans Power Query sous Excel, on a tendance à ne pas renommer les étapes appliquées et à conserver le nommage proposé par défaut.

On obtient ainsi une succession d’étapes nommées Type modifié, En-têtes promus, etc : pas très lisible au final lorsqu’on édite le code M dans l’éditeur avancé.

Cet article présente les règles de nommage que j’utilise dans mes projets.

Il ne s’agit pas d’une liste exhaustive de conventions applicables de manière stricte. Je vous propose plutôt quelques principes faciles à appliquer au quotidien et qui vous permettront très rapidement d’y voir clair dans votre code M.

Règle n°1 : on peut conserver les deux premières étapes

Les deux premières étapes nommées respectivement Source et Navigation sont présentes dans la plupart des requêtes. A moins qu’on ne souhaite explicitement définir quel est le type de source ou la donnée sélectionnée, on peut conserver ces deux termes suffisamment génériques et internationaux.

Règle n°2 : chaque étape est renommée à l’aide du nom de la fonction appliquée

De nombreuses étapes classiques n’apparaissent qu’une fois au maximum dans une requête. Pour celles-ci, nous pouvons prendre comme nom de l’étape le nom de la fonction M appliquée sans le préfixe.

A titre d’exemple : En-têtes promus (application de la fonction Table.PromoteHeaders) deviendra PromoteHeaders (le nom de la fonction s’affiche dans la barre de formule lorsque l’étape est sélectionnée).

Règle n°3 : cas particulier des étapes revenant plusieurs fois dans une même requête

La règle n°2 nous permet de regrouper certaines étapes en doublons. Il est, par exemple, fréquent de multiplier les étapes Type modifié (TransformColumnTypes) alors qu’on peut généralement les regrouper en une seule étape.

En revanche, d’autres transformations sont spécifiques à une colonne donnée. C’est le cas de la création d’une colonne personnalisée (Personnalisée ajoutée) que l’on peut utiliser de nombreuses fois dans une même requête.

Pour nommer de manière unique chaque étape, nous pouvons utiliser comme suffixe le nom de la colonne créée. Ainsi, l’étape de création de la colonne Col1 sera nommée AddColumn_Col1.

3 règles de bases, de nombreuses possibilités

Après renommage. Beaucoup mieux

Vous pouvez retrouver l’exhaustivité des fonctions de type Table dans cet article. Il vous servira de guide au quotidien.

Je vous recommande également la lecture de l’ouvrage M is for (data) monkey de Ken Puls et Miguel Escobar, un des rares livres disponibles spécifiquement dédié au langage M.

A partir des 3 règles précédentes, vous pouvez couvrir une grande majorité des cas classiques rencontrés au quotidien. N’hésitez pas à partager vos propres règles de nommage. Je mettrai à jour régulièrement cet article pour aborder les transformations particulières qui n’entreraient pas dans les 3 règles précédentes.

Du bon usage du donut chart

Parmi les visuels disponibles dans Power BI comme dans tous les outils de Self Service BI, le camembert (graphique en secteur) et le graphique en anneaux (donut chart) font partie des plus utilisés … pour le plus grand malheur des consultants en Business Intelligence.

Imaginons que je souhaite représenter graphiquement la répartition des ventes d’un certain nombre de produits (produit A à produit F).

En utilisant un camembert ou un donut, je vais rapidement me retrouver à produire ce genre de visuels : le lecteur doit faire l’effort d’extraire les valeurs distinctes d’un seul et même graphique. Les pourcentages les plus faibles sont difficilement identifiables. Bref, le graphique est illisible et, par conséquent, inutilisable.

ONE MORE DONUT

Puisque le donut ne nous permet pas de représenter cette répartition, pourquoi ne pas ajouter quelques mesures à notre modèle de données pour pouvoir au final utiliser … un autre donut ?

Oui, vous avez bien lu, le donut peut être un excellent visuel si on se contente d’afficher le pourcentage de répartition de l’élément sélectionné par rapport au tout.

On ne va plus représenter sur un seul graphique l’ensemble des ventes de chaque produit, mais, en le couplant avec un slicer, nous allons afficher le pourcentage de ventes du produit sélectionné par rapport à la totalité des ventes.

Un peu comme nous l’aurions fait avec une jauge (également si pertinemment appelé « half-donut »).

Sauf que le donut, à la différence de la jauge, ne permet pas nativement de représenter une valeur unique de type pourcentage. Si on tente tout de même de le faire, tous les donuts et camemberts du monde vous afficherons un désolant « 100% ». Ce n’est bien entendu pas le résultat escompté.

UN PEU DE DAX

La première étape pour transformer notre valeur en pourcentage est de faire appel à quelques mesures DAX.

Nous allons définir quatre mesures : PARTOF, RESTOF, PART % et OTHER %

PARTOF représente la valeur numérique attendue. La valeur de cette mesure dépendra du produit (ou de n’importe quel élément de ma dimension) sélectionné.

PARTOF = SUM(Dispatch[Value])

RESTOF représente la somme des valeurs pour tous les autres produits (on n’échappe pas à un petit CALCULATE suivi d’un ALL afin de garantir que la somme totale soit identique quel que soit le produit sélectionné).

RESTOF = CALCULATE(SUM(Dispatch[Value]);ALL(Dispatch[Item])) - [PARTOF]

PART% et OTHER % ne sont que la retranscription en pourcentage de nos deux valeurs.

PART % = [PARTOF] / CALCULATE(SUM(Dispatch[Value]);ALL(Dispatch[Item]))

OTHER % = 1 - [PART %]

Vous l’avez compris, ce sont ces deux dernières mesures que nous allons faire figurer sur le donut chart.

RELOOKING EXTRÊME

Vous pourriez utiliser directement les étiquettes de données et la légende du donut chart mais cela ne serait pas très « clean ». L’utilisateur final ne doit voir que la valeur de PART % et le nom de la mesure associée.

Pour cela nous allons :

  • Supprimer les étiquettes de données et la légende du donut
  • Modifier les couleurs des données. En particulier, la couleur de REST % doit presque se confondre avec la couleur d’arrière plan. Seule la couleur de PART % doit attirer l’œil.

Après ces réglages, cela commence à prendre forme.

ON COMPLETE AVEC UNE CARTE

Enfin pour afficher la valeur et le nom de la mesure (renommée pour l’utilisateur final), nous pouvons utiliser une carte qui aura les mêmes dimensions que le donut. Les deux visuels seront centrés et les tailles de données et d’étiquettes seront ajustées afin que la carte s’affiche parfaitement au centre du donut.

Au final, en quelques mesures DAX (on peut masquer les mesures intermédiaires une fois le rapport finalisé), nous pouvons intégrer à nos tableaux de bords des « jauges à 360 degrés » représentant un indicateur en pourcentage, qu’il s’agisse de répartition de ventes, d’un taux de service ou encore d’un taux de couverture réseau.

Quel que soit l’indicateur à produire, le résultat final ne nécessite que quelques mesures calculées et aucune connaissance approfondie du langage DAX.

Je vous invite à regarder la vidéo de démonstration que j’ai réalisée.
N’hésitez pas à partager ici ou sur ma chaîne Youtube vos commentaires et vos réalisations basées sur ce tutoriel.

A bientôt

PASS Summit 2017 : quatre nuances de Power BI

Lorsqu’un événement aussi important que le PASS Summit 2017 a lieu si loin de chez vous (mais après tout, je ne vais pas demander aux organisateurs de déplacer le PASS Summit dans le sud de la France, n’est-ce pas ?), il est normal de ressentir une certaine frustration de ne pas y assister.

J’ai décidé de soigner cette frustration en visionnant les sessions disponibles en replay sur PassTV. Parmi les nombreuses keynotes disponibles, j’ai choisi quatre vidéos concernant directement Power BI ou plus généralement le modèle tabulaire.

Microsoft BI – An Integrated Modern Solution, présenté par Kamal Hathi.

Columnstore Killed the OLAP-Star: Did it really?, présenté par Niko Neugebauer, Gabi Münster

Using Power BI, Excel & SSRS Together to Create Integrated BI Solutions, présenté par Paul Turley

DAX Best Practices, présenté par Marco Russo.

Pour cette dernière, je ne vous cache pas qu’il s’agit de la session que j’attendais avec la plus grande impatience !

Bien entendu, je vous invite à jeter un œil sur les autres sessions. Je vous invite également à lire les articles (jour 1, jour 2, jour 3) que mon ami Gregory Boge (qui était sur place, le veinard !) a publié.

Pour revenir à nos quatre nuances de Power BI (mais aussi d’Analysis Services et de DAX), il me faudra quelques heures pour venir à bout de ces sessions.

Je reviendrai probablement en détail sur certains sujets abordés dans un prochain article.

Power BI : les Customs Visuals migrent vers Office Store

Il s’agit d’une fonctionnalité majeure de l’offre Power BI : les customs visuals permettent d’ajouter des développements de la communauté Power BI aux représentations graphiques offertes en standard avec le service de BI à la demande de Microsoft.

Jusqu’à présent, ces customs visuals étaient disponibles via la Custom Visual Gallery, un repository où le meilleur (les développements de Microsoft comme les visuels de OkViz/SQLBI) croisait le pire (on a tous découvert avec stupéfaction l’Enlighten Aquarium publié par Enlighten Designs).

A partir du 1er juin 2017, il faudra désormais s’orienter vers l’Office Store, repository dédié à tous les outils de l’offre Office 365.

Les customs visuals de Power BI sont, d’ores et déjà, disponibles sur le Store, dans une présentation plus épurées et bien plus lisible que celle de la Gallery.

Espérons que cette vitrine de visuels Power BI incitera les partenaires de la communauté Power BI a développer des visuels de qualité.